Tu n'es pas seul·e !

Ce site est destiné à te soutenir pendant cette période de confinement (et les situations de presque-confinement, déconfinement, re-confinement qui s'enchaînent). Tu y trouveras deux parties : 
1 — Une partie qui recense
tous les soutiens psychologiques gratuits disponibles dans les 30 académies de France, ainsi qu’une liste de lignes d’écoute nationales que tu peux appeler et une liste de soutiens spécifiques aux étudiant·e·s en santé. 
2 — Une partie qui contient
des conseils pour s’occuper de ton bien-être mental : liens informatifs, astuces pour te sentir mieux à l’instant. 

Je vis quoi en ce moment ?

Être étudiant·e en pleine pandémie mondiale, même si on nous dit qu’on pourra en parler à nos petits-enfants, ce n’est pas une partie de plaisir. Tout est chamboulé :  

  • notre espace de vie : coincé·e·s dans un (très…) petit studio, en coloc, en résidence universitaire ou avec des proches avec qui on est pas forcément dans notre plus grande zone de confort, ça peut peser. 

  • nos études : Zoom, Jitsy, Google meet, Slack, Whereby, autant de logiciels quasi mono-syllabiques synonymes de confusion, de répétition, de crash en visio, voire de décrochage. Et voir nos amis et nos profs dématérialisés, ça peut être assez aliénant. 

 

C’est pas facile et on est tou·te·s d’accord là-dessus. C’est pourquoi on a concocté quelques ressources et conseils pour toi - que tu aies besoin de te changer les idées maintenant, ou que tu sentes que tu aimerais avoir un soutien plus poussé. Va voir ci-dessous. 

Pourquoi cette démarche ?

Selon une étude de l'Observatoire de Vie Étudiante regroupant plus de 45 000 étudiant·e·s, 31 % d'entre eux·elles ont présenté des signes de détresse psychologique pendant la période du premier confinement [1]. De plus, 11,7 % des étudiant·e·s ont eu des idées suicidaires, contre 7.6 % dans la population générale [2], et les effets néfastes de cette période sur la santé mentale vont durer : selon l'Association Médicale Australienne, le nombre de suicides risque d'augmenter d'environ 30 % chez les jeunes d'ici quelques années. [3]
Pour répondre à cette problématique, nous avons compilé sur ce site un ensemble de conseils et de solutions pour un meilleur bien-être psychologique.

 

Sources

[1] OVE, 2020

 

[2] iShare, 2020

[3] Avis de l'Association Médicale Australienne, 2020

Sait-on comment je me sens vraiment ?

On parle souvent de toi, ô étudiant·e - mais que sait-on réellement de ta santé mentale pendant cette période ? Tu trouveras ici les principales enquêtes à ce sujet : qu’en penses-tu ? Alors ? Tu es surpris·e ou tu t’attendais à ces chiffres ? N’hésite pas à partager ton avis sur la page Instagram de Nightline France. 
 

 

Et pour en savoir plus sur les troubles mentaux en général, voir la cartographie de Psycom « qui dit quoi, sur internet, à ce sujet ? »

Et si je veux aider quelqu’un ou une cause ? 

Être là pour les autres, quel·le·s qu’ils·elles soient quand tu sens qu’ils·elles en ont le besoin, en période de crise ou pas, peut prendre plusieurs formes. Voici quelques initiatives qui peuvent t’inspirer : si tu es intéressé·e par des initiatives d’aide par les pairs en santé mentale, pourquoi ne pas voir si tu peux devenir Étudiant Relais Santé au sein de ton université ? Par ailleurs, les services d’écoute de Nightline France  sont toujours ravis de recevoir ta candidature si tu es étudiant·e à Paris, au plateau de Saclay, Lyon ou Lille. 

Si tu veux aider dans le contexte de cette crise, jette un coup d'œil à cette plateforme qui englobe des initiatives solidaires locales et cette plateforme mise en place par 3 amis. Enfin, la réserve civique-Covid 19 lancée par le gouvernement pour faire face à cette crise sanitaire est toujours en recherche de volontaires.

Réalisé par Nightline France, ce site est destiné à aider les étudiant·e·s à prendre soin de leur bien-être psychologique pendant le deuxième confinement lié au COVID-19.

Ce travail de recensement a été mené par l'association Nightline France, une association qui, depuis 2017, opère deux lignes d’écoute nocturnes à destination des étudiant·e·s (en français et en anglais), gérées par des étudiant·e·s bénévoles formé·e·s à l’écoute active. Elle mène des actions de communication et de prévention pour libérer la parole sur la santé mentale des étudiant·e·s en France. 

 

Ce projet a été réalisé avec le soutien de la Conférence des Présidents d'Université, le CNOUS, le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, le Ministère de la Santé et des Solidarités, l'ADDSU, le réseau RESSPET. 

© 2020 Nightline France